Gili alias paradis

Gili Trawagan, en Indonésie, est connue pour être une île de party. En effet, lorsqu’on débarque du bateau, tout ce que l’on voit, ce sont les bars, restos et boutiques à perte de vue sur la rue principale qui longe la plage. Curieux de voir au-delà de cette première impression, un bel après-midi, nous avons loué une bicyclette et entrepris de faire le tour de l’île, qui se fait facilement en moins de trois heures.

Nous avons longé la mer, suivi la route jusqu’à ce qu’il n’y en n’ait plus, puis sommes atterris au paradis, littéralement.

 

Une plage infinie et déserte se dressait devant nous, bordée de quelques petits endroits joliment aménagés pour prendre un verre. Nous nous sommes arrêtés. Avons observé le soleil se coucher sur l’océan et les quelques volcans formant l’horizon. La mer devant nous était calme, claire et peu profonde sur des dizaines de mètres. Tout habillés, nous nous sommes assis dans l’eau, jusqu’à la tombée de la nuit. Lorsque le ciel est devenu trop sombre, nous nous sommes dirigés vers la plage. À peine les pieds posés sur le sable, des cracheurs de feu ont commencé un effroyable, impressionnant numéro. Tout était digne d’un film, chaque détail de chaque instant. Tout était parfait.

 

Sur le chemin du retour, alors que nous prévoyions aller se changer à la chambre, nous avons entendu des gens jouer de la musique et chanter. Nous nous sommes regardés et sommes revenus sur nos pas. Avons posé nos vélos et nous sommes assis dans le petit cercle qu’ils formaient. L’un d’eux tapait sur un tam-tam, un autre chantait et jouait de la guitare. Les autres écoutaient, appréciaient. Ils avaient des « dreadlocks » qui pendaient jusqu’au sol. Le chanteur nous a accueillis en souriant, a même joué un morceau en français. Quand nous nous sommes levés pour reprendre notre route, l’aurevoir n’avait rien à voir avec ce dont nous avons la coutume. Pas de serrement de mains, pas de bise, pas d’ajout sur Facebook, seulement un « thank you for the moment guys », répondue par une main portée au coeur. Quelques minutes de pure simplicité, de sincérité et de respect, tout simplement. Nous avons goûté un petit peu au quotidien des locaux habitant l’île. Cela nous a permis de mieux comprendre ce qui nous entourait, d’apprivoiser ce rythme de vie, typique des îles, qui se réjouit de peu et n’en demande pas plus. Par ailleurs, partout sur l’île de Bali, les gens partagaient des valeurs semblables à celles de ce petit groupe. Nous avons ressenti le même accueil chaleureux à tous les endroits où nous sommes allés.

 

Les sourires sincères qui font plisser les yeux, les éclats de rire tout sauf moqueurs à nos petites erreurs de touristes et le respect, provenant du fond du coeur, c’est ce dont je me souviendrai toujours de Bali et de Gili Trawagan. Les belles plages, l’eau claire, les chutes d’eau et les volcans, ce sont les petits plus. L’ensemble, selon moi, c’est le paradis.

3 Thoughts

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s