Première douche à l’Afwique noire

J’ai mon shampoing, mon revitalisant, mon savon-pour-le-corps-vraiment-trop-l’fun-en-petites-feuilles-comme-des-feuilles-de-Listerine (belle trouvaille que j’ai faite chez Sail avant mon départ) et mon nettoyant visage. Le kit classique de la fille occidentale qui veut hydrater ses cheveux et pas avoir de boutons même si elle sue à en dégoutter toute la journée et que la poussière s’installe confortablement dans ses pores dilatées par la chaleur. Avec ça j’ai apporté une petite débarbouillette et une grande serviette qui toutes les deux sèchent rapidement.

J’arrive dans la douche, une salle avec un trou au sol, une chaudière d’eau que l’on doit préalablement remplir dans la cour et une plus petite chaudière, vide. Premier soir, panne d’électricité. Je colle sur ma chaise, colle sur les murs, colle sur mon drap, ma propre peau colle contre elle-même: pas le choix de me laver. J’installe donc ma lampe frontale dans un petit coin, en prenant soin aussi de vérifier que l’eau dans ma chaudière ne contient aucune forme de vie, de même que tous les coins de cette petite pièce. Me voilà rassurée, l’important est de garder l’oeil attentif au moindre mouvement. Je me sens bien vulnérable dans cette noirceur.

J’ai finalement réussi à me laver, aussi bien que chez moi, et je dois dire que j’étais vraiment contente. Mon copain et moi, on s’est félicités.

Je me sentais un peu mal d’avoir apporté tant de produits pour ma douche, mais là je sens bonne, j’ai les cheveux doux et je peux dire qu’après une journée où j’avais entièrement mis de côté toute ma féminité, ça me fait du bien en maudit. Alors je me couche, toute fraîche, l’électricité est revenue et on nous a fourni un ventilateur (on est vraiment gâtés pourris je l’sais).

Il est 9h35 PM à Lomé et je commence à enseigner demain dès 6h30, alors dodo.

11 Thoughts

  1. J’ai fait un stage au Cameroun en 2010. My god! À te lire, j’ai l’impression de frôler l’Afrique pour la première fois, encore! Wow… La terre rouge de ton premier message, tu m’as eue! L’eau du seau et les formes-de-vie-invisibles-qu’on-imagine, c’est un détail exquis!
    Ce sera une expérience tellement… précieuse, « identitairement » déterminante et confrontante. Le privilège d’une vie! Bon début de stage à toi 🙂 Bien hâte de lire tes prochains messages!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s